top of page
Depositphotos_496891436_XL.jpg

Nos Posts & Articles

Au travers de cet espace découvrez nos articles sur les thématiques financières & fiscales.

Patrimoine Hebdo 23.02.2024







Le notaire qui omet d’informer son client sur l’existence du dispositif Dutreil commet-il une faute au regard de son devoir de conseil ?


Cour d'appel de Rouen, 1ère chambre civile, n° 22/00275, le 22 novembre 2023


En 2015, un notaire règle la succession d’un homme ayant laissé pour héritières sa conjointe et leur fille. Le défunt était associé dans une SARL.


La fille, après avoir réglé plus de 350 000 euros de droits de succession, a reproché au notaire de ne pas l’avoir renseignée sur l’existence et les conditions d’application du dispositif Dutreil.


Rappelons ici que le notaire, en sa qualité de professionnel et d’officier public et ministériel, est tenu d’une obligation d’information et de conseil à l’occasion de l’ensemble des actes qu’il instrumente.


La Cour précise : « Il est tenu d’éclairer les parties et d’appeler leur attention, de manière complète et circonstanciée, sur le contenu et la portée de l’acte qu’il établit. Il a notamment l’obligation de prévoir les incidences fiscales des actes qu’il rédige. Il doit en informer ses clients et les conseiller afin de leur permettre d’en apprécier l’impact. Il lui incombe de démontrer qu’il a rempli cette obligation. »


En l’espèce, le dispositif Dutreil aurait permis d’exonérer de droits de mutation à titre gratuit, à concurrence de 75 % de leur valeur, les parts de la société transmise par décès (sous réserve du respect de multiples conditions, cf. article 787 B du Code général des impôts).


Pour se défendre, le notaire indique qu’il avait sciemment omis d’évoquer le dispositif, considérant que les conditions pour bénéficier de cet avantage fiscal n’auraient pas été réunies en l’espèce. Pour étayer son propos, il relève le fait que le père avait souscrit un mandat de vente du fonds de commerce, pour une date ultérieure à celle de son décès. Il en avait conclu que la fille n’aurait pas respecté les délais de conservation impliqués pour l’application du dispositif Dutreil. De plus, les héritières n’avaient posé aucune question sur ce dispositif.


Ce motif est jugé inopérant par la Cour : le notaire aurait dû évoquer ce dispositif « dès lors que la consistance de la succession de [Monsieur] était susceptible sous certaines conditions de permettre à ses héritiers, notamment [sa fille], de bénéficier d’abattements fiscaux, et même si aucune question ne lui avait été posée en ce sens. »


La Cour relève ici une faute commise dans le cadre du devoir de conseil. La faute peut donc être caractérisée par une omission.


Cela signifie que le notaire ne pouvait pas présumer que la fille n’aurait pas entamé des démarches pour pouvoir respecter les conditions du dispositif Dutreil. Les juges estiment même qu’au vu du « montant conséquent des droits de succession dont elle était redevable » et à « l’importance de l’exonération fiscale prévisible », il y avait des « chances sérieuses » qu’elle entreprenne de telles démarches.


Selon les juges, le lien de causalité entre la faute et le préjudice subi par la fille est caractérisé, la fille n’ayant pas été mise en mesure de remplir les conditions du dispositif Dutreil après le décès de son père et d’obtenir l’exonération de droits de succession à concurrence de 75 % de la valeur des parts de la société de ce dernier.


La responsabilité du notaire est donc engagée.


Toutefois, au vu des éléments mentionnés par le notaire et des aléas inhérents à la réalisation des conditions exigées par le dispositif Dutreil, la perte de chance est évaluée à 50 %. Il faudra donc appliquer ce taux sur l’impôt que la fille aurait évité si elle avait bénéficié du dispositif Dutreil. Le résultat obtenu correspondra au montant de son indemnité.




AVERTISSEMENT Ceci est une communication marketing. Le présent support est émis par la société RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING. Il n’a pas de valeur contractuelle, il est conçu exclusivement à des fins d’information. Ce support ne peut être communiqué aux personnes situées dans les juridictions dans lesquelles il serait constitutif d’une recommandation, d’une offre de produits ou de services ou d’une sollicitation et dont la communication pourrait, de ce fait, contrevenir aux dispositions légales et réglementaires applicables. Ce support n’a pas été revu ou approuvé par un régulateur d’une quelconque juridiction.Les données chiffrées, commentaires, opinions et/ou analyses figurant dans ce support reflètent le sentiment de la société RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING quant à l’évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession à la date d’élaboration de ce support et sont susceptibles d’évoluer à tout moment sans préavis. Ils peuvent ne plus être exacts ou pertinents au moment où il en est pris connaissance, notamment eu égard à la date d’élaboration de ce support ou encore en raison de l’évolution des marchés. Ce support a vocation uniquement à fournir des informations générales et préliminaires aux personnes qui le consultent et ne saurait notamment servir de base à une quelconque décision d’investissement, de désinvestissement ou de conservation. En aucun cas, la responsabilité de la société RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING ne saurait être engagée par une décision d’investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires et analyses. La société RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING recommande dès lors à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser les risques qui sont associés et forger sa propre opinion indépendamment de la société RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING . Il est recommandé d’obtenir des conseils indépendants de professionnels spécialisés avant de conclure une éventuelle transaction basée sur des informations mentionnées dans ce support cela afin de s’assurer notamment de l’adéquation de cet investissement à sa situation financière et fiscale. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps et peuvent être indépendamment affectées par l’évolution des taux de change.


Source d’informations : à défaut d’indication contraire, les sources utilisées dans le présent support sont celles de la société RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING . Le présent support ainsi que son contenu ne peuvent être reproduits ni utilisés en tout ou partie sans l’autorisation la société RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING . Copyright © RCLE REAL ESTATE & FINANCIAL ADVISING – Tous droits réservés

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments